PLUS DE TOI

Brille où que tu sois car Jésus vit en toi

Le chrétien spirituel

… et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle. Jean4:14 (bible version Ostervald).

le récit de la rencontre de Jésus avec la femme samaritaine nous révèle tant sur le Saint-Esprit.

En le lisant ce mardi 28 mars 2017, j’ai encore pu réaliser que Jesus a choisi de donner à cette femme une révélation merveilleuse de la personne du saint-esprit.

Jésus a quitté la Judée et est en route pour la Galilée. Au verset 4 Il nous est dit qu’il faut qu’il passe par la Samarie. Je me suis demandée si il devait passer par la Samarie parce que le chemin qui conduisait de la Judée à la Galilée obligeait à un passage par la Samarie, ou parce qu’il savait d’avance qu’il y rencontrerait cette femme à ce moment bien précis. Moi je pense que le Seigneur Jésus, dans son omniscience, avait rendez-vous avec cette femme et savait d’avance que c’était pour elle le jour de recevoir la révélation de la personne du Saint-Esprit.

En chemin, Jesus s’arrête donc à Sichar (ville de Samarie), et se repose près d’un puits, lorsque cette femme qu’il attendait arrive. Jesus a soif, et lui demande de l’eau.

L’EAU.

À plusieurs endroits de la bible, le saint-esprit est symbolisé par l’eau (Jean 7: 38-39 « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.). Mais cette eau peut également symboliser la parole de Dieu (Jean 3: 5 « Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. ») ou encore l’adversité, l’opposition de l’ennemi (psaume 124: 4 « Alors les eaux nous auraient submergés, Les torrents auraient passé sur notre âme »). Dans ce dernier cas, c’est souvent l’image de flots, de torrents d’eau, qui est utilisée pour traduire la violence avec laquelle l’ennemi veut agir contre nous.

Ici, Jésus désire faire comprendre à cette femme qu’il a pour elle une eau qui l’abreuvera pour l’éternité, et qui deviendra en elle « une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle »(verset 14). Cette eau l’abreuvera pour l’éternité car le Seigneur ne peut nous refuser son Saint-Esprit (Luc 11:13 « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent. »). Mais ce qu’il désire également, c’est que son esprit jaillisse pour la vie éternelle. Le terme jaillir me fait penser à quelque chose qui sort de nous, et cette chose c’est le fruit de l’esprit (Galates 5: 22-24 « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. »). Ce que Jésus désire faire comprendre à cette femme samaritaine est qu’il nous donne son Saint-Esprit afin que nous devenions des chrétiens spirituels (romains 8:1 (version Ostervald) « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit; »). Cette eau (image de son esprit) est donnée à toute personne qui le désire afin qu’elle produise en elle la vie de Christ, des œuvres justes, et le délivre de la condamnation. Car, comme laisse comprendre le passage qui vient d’être cité, ceux qui sont en Jésus-Christ, et qui marchent selon la chair, sont encore sous la condamnation. je définirais ceux qui sont en Jésus comme ceux qui sont nés de nouveau et qui ont donc reçu le saint-esprit dans leur cœur. La bible distingue alors parmi ceux qui sont nés de nouveau, ceux qui marchent selon l’esprit et ceux qui marchent selon la chair. Les premiers sont au bénéfice du salut, tandis que les seconds sont sous la condamnation.

J’aimerais me poser cette question, et la poser également à chaque lecteur de cet article: quelles sont les œuvres qui nous suivront? Est-ce que ce sont des œuvres de la chair telles que l’impudicité, les divisions, l’incrédulité, ou encore l’envie? Est-ce que c’est le fruit de l’esprit, témoignant l’œuvre du Saint-Esprit en nous et nous permettant d’accéder au salut?

Il convient à présent de se poser une deuxième question.

QU’EST-CE QU’UN CHRETIEN CHARNEL? 

Un chrétien charnel est donc un chrétien en qui cette eau ne jaillit pas. Pourquoi elle ne jaillit pas? Parce que les œuvres de la chair l’en empêchent. Il est comme un robinet fermé. Il y a bien de l’eau dans la canalisation, mais cette eau ne sort pas.

J’aimerais ouvrir une parenthèse sur le fait que la version Louis Segond de ce passage de Jean 4:14 est différente de la version Ostervald car elle traduit plus une idée de continuité qu’une idée d’objectif. Cette idée de continuité mérite aussi d’être développée mais je ne le ferai pas dans cet article (parenthèse fermée).

Il est écrit au verset 2 du chapitre 3 de l’épître  à aux colossiens: « Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles de la terre. »

Avoir de l’affection pour quelqu’un ou quelque chose signifie avoir les désirs de son âme portés vers cette chose ou cette personne. S’affectionner aux choses de l’esprit signifie donc avoir les désirs de son âme portés vers les choses de l’esprit (la prière, la méditation de la parole, l’amour…). Pour devenir un chrétien spirituel, il faut donc premièrement qu’existe un désir de s’approcher de Dieu par la prière et la méditation de la parole, un désir d’aimer son prochain. Ces désirs ne doivent pas être motivés par l’obtention d’autre chose que le salut. J’apporte cette précision parce que très souvent nous venons vers Jésus dans la prière et la méditation de sa parole car nous avons besoin qu’il nous donne une bénédiction ou même quelque chose qui serait légitime (par exemple une délivrance, pour ceux qui sont persécutés). Mais lorsque nous venons à lui parce que nous désirons être sauvés, nous ne recherchons plus ce qu’il peut nous donner, mais nous cherchons à savoir comment être sauvés, quelle est la pensée de celui qui nous donne ce salut. La connaissance de sa pensée guidera notre attitude, nous apprendra à aimer dans telle ou telle circonstance. Une fois que nous connaissons cette pensée de Dieu, nous devons troisièmement y croire, d’où l’importance de la foi, et quatrièmement  agir selon cette pensée (l’attitude). Le respect de ces quatre étapes nous conduit à être un chrétien spirituel.

DEVENIR UN CHRÉTIEN SPIRITUEL.

J’ai évoqué 4 étapes pour être un chrétien spirituel et Il est important que je développe ce point.

1- Avoir de l’affection pour les choses d’en haut et s’approcher de Dieu parce qu’on désire posséder les choses d’en haut, et non parce qu’on désire recevoir une faveur qu’il pourrait nous accorder. Par choses d’en haut j’entends les choses du royaume des cieux, qui sont manifestent dans le cœur. Je vais illustrer mon propos avec ce passage e Romains 14:17  » Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit. » D’où l’importance des motivations. Lorsqu’on désire posséder les choses d’en haut dans le cœur, notre intérêt est dirigé vers celui qui nous les donne par son esprit saint, Jésus-Christ, alors que quand c’est sa faveur qui nous motive, nos pensées se fixent vers cette faveur et nous empêchent de saisir la pensée de Dieu. Je précise, même lorsque cette faveur est légitime. Je prends l’exemple d’une délivrance qui est quelque chose de légitime. Si notre motivation première est de l’obtenir et que tous les jours nous la demandons à Dieu sans se soucier de sa pensée alors que sa pensée est de nous faire régler un problème dans notre âme qui nous fera pleinement posséder cette délivrance et vivre durablement le Royaume des cieux. Nous risquons de passer à côté de cet objectif et d’être brisés là où Christ voulait nous bâtir.

2- Lorsque notre intérêt est dirigé vers celui qui nous fait posséder ce salut, nous pouvons saisir sa pensée et aboutir à l’objectif qui est assigné à telle ou telle situation. Je comprend à présent pourquoi j’entendais souvent des frères et des sœurs dire que pécher c’est manquer l’objectif. On manque l’objectif lorsqu’on agit de manière charnelle ou par nos pensées. À chaque état dans lequel nous nous trouvons, chaque situation que nos traversons, est assigné un objectif. Atteindre cet objectif c’est sortir de cette situation ou de cet état avec un témoignage glorieux et joyeux. Le saint-esprit me fait comprendre que beaucoup de nos tristesses sont causées par le fait de notre chair. Lorsqu’on sort d’un état avec un témoignage de tristesse, c’est qu’on n’a pas saisi où le Saint-Esprit voulait nous emmener. Le chrétien spirituel à toujours un témoignage de gloire ou de joie à offrir.

3- La foi dans la pensée que Dieu nous a communiquée. Celà nous permettra premièrement de tenir dans les moments de faiblesse, ensuite de réfuter tout discours qui serait contraire à cette pensée.

4- Avoir une attitude conforme à cette pensée, à cette foi, et à la justice de Dieu (ne pas mentir, ne pas accepter dans son cœur des péchés qui limitent l’action du Saint-Esprit, et à terme l’empêchent etc…).

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.